Apprendre et S’Orient-er en transversalité

Introduction de la problématique du symposium, par Francis Danvers (coord.), Profeor-CIREL/ Université Lille 3
 
Mots-clés : Orientation (active…), Travail éducatif (approche orientante), Acteurs, Dispositifs, Economie numérique.
 
Nous rappelons la définition mondialisée de l’orientation des années 2000 : « Services et activités qui s’adressent à des individus de tout âge, à toutes les étapes de leur vie, pour les aider à faire des choix éducatifs ou professionnels et à gérer  leur évolution professionnelle. Les activités peuvent avoir lieu individuellement ou en groupe, face à face ou à distance. Ils comprennent la production et la diffusion de l’information sur les emplois et les carrières, les outils d‘évaluation et d’auto-évaluation, les entretiens de conseil, les programmes de préparation à l’emploi (pour aider les individus à mieux se connaître, à saisir les options qui leur sont proposées, et à gérer leur évolution professionnelle), les stages de découverte (pour se faire une idée des orientations possibles avant de faire un choix), les programmes de recherche d’emploi et d’insertion » (OCDE, Commission européenne, Banque mondiale, 2004).
Nous proposons de partir du point de vue de Ardoino (1998) penseur de l’hétérogène et adepte de la recherche multiréférentielle qui théorise le passage de la pluridisciplinarité à la transversalité  comme rencontre « des perspectives holistiques et des lectures plurielles s’interrogeant et se fécondant mutuellement ». La transversalité permet la coexistence féconde d’activités habituellement séparées. La transversalité a donc un champ plus large que la pluridisciplinarité. C’est  « une démarche intentionnelle, une méthode alternative, pour regarder, relire et relier autrement, ce qui apparaissait jusque- là dans un ordre donné, volontiers pensé comme immuable ». 
Le travail éducatif en orientation sera l’objet d’un regard pluriel construit à partir de l’apport de disciplines comme l’histoire, la philosophie, la psychologie,  les sciences de l’éducation et les pratiques de formation, les sciences de l’information et de la communication. La discussion scientifique pourra porter notamment sur les points de convergence entre les approches cognitive, sociologique, historique… qui prennent pour objet d’interroger la nature même de l’orientation, comme processus de recherche.
L’orientation est un processus marqué par des continuités et de discontinués. C’est un construit social institué, qui a ses outils, ses méthodes, ses techniques d’intervention, ses démarches, ses dispositifs et ses valeurs. L’orientation concerne les jeunes mais aussi les adultes, y compris les enseignants engagés dans la carrière de professeur. Nous nous interrogerons notamment à partir de l’expérience des mini-entreprises,  sur la force et les limites de « l’éducation à l’entrepreneuriat ».
Dans le contexte général de la Troisième révolution industrielle (parfois qualifiée de « Nouvelle économie »), la « société de la connaissance » et le phénomène Internet en particulier, nous oblige à repenser les pratiques d’information sur les métiers et les débouchés, l’auto- documentation sur les parcours de formation et les activités de Conseil en orientation en général. Nous réfléchirons à la possibilité d’une pédagogie de l’information pour l’orientation. Une attention particulière sera portée à l’introduction dans l’Ecole de dispositifs récents comme par exemple, le E-portfolio, le Web-classeur (Office national d’information sur les études et les professions), le  PEC (portefeuille d’expériences et de compétences) instauré dans près de la moitié des universités françaises, et plus largement la mise en œuvre du dispositif qualifié d’ « orientation active ».
 
Références
 
Altet, M. (2004) Enseigner en premier cycle universitaire : des formes d’émergences d’adaptation ou de la Mètis enseignante. Dans A. Annoot, M.F. Bonnet (coord.) Pratiques pédagogiques dans l’enseignement supérieur. Enseigner, apprendre, évaluer (36-52). Paris : L’Harmattan.
Anderson, J.R (1987). Methdologies for studying human knowledge, Behavioral and brain Sciences, 10, p 467-505.
Bandura,  A. (2003) Auto efficacité : le sentiment d’efficacité personnelle, trad. J Lecomte, De Boeck. 
Bernatchez, J-C. (2011). Le travail face à la mondialisation : croyances, hypothèses et conséquences perçues. Revue internationale sur le travail et la société, 9(1), 41-56. 
Blanchard, S. (2008). Introduction : sentiments d’efficacité personnelle et orientation scolaire et professionnelle, L'orientation scolaire et professionnelle, 37/1. http://osp.revues.org/index1582.html
Champy-Remoussenard P. (2012).  L’éducation à l’entreprenariat : enjeux, statut, perspectives. Spirale, 50, 39-51.
Charlot B. (1995). La planification de l’éducation en France : l’évolution des problématiques. Dans Charlot B. & Beillerot J (dir.), La construction des politiques d’éducation et de formation, Paris : Presses Universitaires de France.
Danvers F. (1988). Le conseil en orientation en France. Paris : Editions EAP.
Danvers, F. (2009) (2012) S’Orienter dans la vie. Tome 1 et Tome 2. Essai d’anthropologie de la formation. Dictionnaire de Sciences Humaines et Sociales, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion (Postface : Liette Goyer).
Danvers, F. (2009) Le conseil en orientation à l’université : un enjeu pour l’insertion professionnelle des étudiants. Perspective socio-historique. Dans : V. Bedin (dir.) L’évaluation à l’université. Évaluer ou conseiller ? (157-174). Rennes : Presses universitaires de Rennes.
Denhière, G. & Baudet, S.  (1994). Lecture, compréhension de textes et sciences cognitives. PUF : Le Psychologue.
Dorison C. (2010). Orienter selon les aptitudes. Enjeux institutionnels et pédagogiques (1936-1959). Dans D’Enfert Renaud et Kahn Pierre (éd.). En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République. Grenoble : PUG, 37-50.
Encourager l’entreprenariat en tant que moteur de la croissance dans une économie mondialisé. (2004) 2ème conférence de l’OCDE des ministres en charge des petites et moyennes entreprises (PME) Promouvoir l’entreprenariat et les PME innovantes dans une économie mondiale : vers une mondialisation plus responsable et mieux partagée. Istambul, Turquie, 3-5 juin 2004. OCDE.
Ferré, D. & Quiesse, J.-M. (2006). Avec les lycéennes et lycéens. Dans P. Gourié, M. Jageneau, A. Marxer, & L. Sciabbarrasi, Lycéens, prenez votre orientation en main - Des témoignages, des conseils et un guide pratique pour s'orienter en France et en Europe. L'Harmattan.
Ferré, D. (2005) Pour une approche orientante de l’école française, Paris, Qui plus est.
Gilles, D. (2002). Passeurs de futurs : Projet professionnel de l'étudiant : les nouvelles donnes. (C. Références, Éd.) ONISEP.
Le Moigne, J-L. (2003). Le constructivisme. Tome 3. Modéliser pour comprendre. Paris : l’Harmattan, collection Ingénium.
Martin, J. (2011) Le mouvement d’orientation professionnelle en France. Entre l’école et le marché du travail (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation, sous la dir. de J.N. Luc, Paris IV Sorbonne
Moutouh, J. (2011) L’orientation des élèves de classe de seconde à l’aune de l’approche communicationnelle : le cas d’un établissement de l’académie de Montpellier. Thèse de doctorat de 3° cycle, Université Montpellier3.
Mucchielli, A. (2000). La nouvelle communication. Epistémologie des sciences de l’information-communication. Paris : Armand Colin, collection U.
Mure J-L (1996). La formation des enseignants du second degré à l’orientation. Faire face aux exigences d’une approche éducative. Spirale - Revue de Recherches en Éducation. 18. 177-194.
Paillé, P. & Mucchielli, A. (2003). L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales. Paris : Armand Colin, collection U, 2ème éd. 2008. 
Pelletier, D. (2004) L’approche orientante, la clef de la réussite scolaire, Septembre éditeur, Québec.
Perrenoud, P. (2011) Quand l’école prétend préparer à la vie…Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ? Paris : ESF.
Quéré, L. (1997). La situation toujours négligée ? Réseaux, 15-85, 163-192.
Quiesse, J.M. & Ferré, D. & Rufino, A. (2007) L’approche orientante : une nécessité Tome 1 : Oser l’approche orientante, pourquoi ?-Tome 2 : Oser l’approche orientante, comment ? Paris : Qui plus est.
Rifkins, J. (2012). La troisième révolution industrielles, éditions Les Liens qui Libèrent.
Rouet,  F. & Tricot, A. (1995). Recherche d’information dans les systèmes hypertextes : des représentations de la tâche à un modèle de l’activité cognitive, Sciences et techniques Educatives, 2 (3), 307-331.
Rufino, A. & Tricot, A. (1999) Modalités et scénarii d’interaction dans les hypermédias  d’apprentissage  Revue Canadienne des Sciences de l’Education, numéro spécial « L’interactivité au service de l’apprentissage », Montréal, XXV, n° 1.
Rufino, A. (2000) Contribution à une stratégie de l’information éducative en orientation. Modélisation du processus d’auto information. Mémoire d’HDR, Université de Montpellier 1.
Stevanovic B. (2008). L’orientation scolaire. Le Télémaque. 34. 9-22.
Verdier E. (2010). L’orientation scolaire et professionnelle: entre assignation et idées floues, l’anarchie organisée. Formation Emploi, n°109, 113-126.
Zeltaoui, J. (1999) L’universitaire et ses métiers : Contribution à l’analyse des espaces de travail. Paris : L’Harmattan.