288/0 - Les méthodes actives : esquisse d’une approche historique

 

 

 

Fabienne SERINA-KARSKY,

CIRCEFT - Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Sylvain WAGNON,

LIRDEF - Université de Montpellier II

Jacques GLEYSE,

LIRDEF - Université de Montpellier II

Mot-clésméthodes actives, éducation nouvelle, Decroly, Blanguernon, Loisel

Comment définir les méthodes actives ? Tel est le questionnement initial de notre symposium qui souhaite s’intéresser à l’analyse des sources et des fondements historiques des méthodes actives pour mieux comprendre leur définition passée et actuelle. Les travaux récents illustrent à la fois la banalisation du terme de méthodes actives, son écho médiatique, et en fin de compte le grand flou conceptuel qui les entoure. Leur définition, lorsqu’elle est entreprise, est très rarement placée dans un contexte historique. Le terme même de « méthode » sous-entend un système complet, associé à la notion de pédagogie active, voire même d' « Ecole active » comme le propose Ferrière en 1922, selon une formule qui « se répand en un laps de temps très bref et devient un slogan usuel et bientôt... usé » (Hameline, Jornod, Belkaïd, 1995). D'autre part, le terme est souvent utilisé en opposition aux méthodes traditionnelles, dont la définition reste toute aussi floue, et ses principes de base, qui font référence à l’activité de l’élève, à la liberté et à l’auto éducation, restent peu analysés. Ce symposium, qui entend aborder la définition des méthodes actives dans une optique historique, au delà des clivages éducation nouvelle/éducation traditionnelle, souhaite participer à l'écriture d'une histoire des pratiques pédagogiques. Au-delà des discours, quels indices peuvent être repérés comme relevant des pratiques « actives » ? Au cours du temps, l’apparition de nouvelles techniques pédagogiques ne rend-elle pas encore plus complexes les liens entre méthodes actives, pédagogie active et Education nouvelle ? A partir des archives de certains éducateurs et pédagogues du XIXe et du XXe siècle, les intervenants souhaitent présenter une analyse des caractéristiques des méthodes actives, de leurs différences, voire de leurs antinomies, afin de proposer une périodisation et une définition des méthodes actives qui permettra de mieux appréhender l’apparition de ce terme et l’évolution de cette notion.

 

Références : 

Ferrière, A. (2004). L'école active. Paris : Ed. Fabert

Hameline D., Jornod A., Belkaïd M. (1995). L'école active. Textes fondateurs. Paris : PUF.

Vial, J., (1986), Histoire et actualité des méthodes pédagogiques, Paris : ESF, 1986