094 - Recherches en éducation à la santé : objets de recherche et méthodologies

Denis Loizon

Université de Bourgogne, France

 

 Jean-Pierre Levain

Université de Franche Comté, France

 

Discutant : Dominique BERGER

Université de Lyon 1, France

 

Mots clés : éducation à la santé / méthodologie /objet /recherches.

 

Les questions de santé et d’éducation sont cœur d’un certain nombre de débats sociétaux qui touchent tous les acteurs : enfants, parents, enseignement, secteur médical et associatif mais aussi la formation des enseignants et la recherche. A ce titre, les Sciences de l’Education sont concernées par l’émergence d’un champ nouveau de recherche en « éducation à la santé » qui se structure grâce au réseau UNIRèS mis en place par la conférence des directeurs d’IUFM. Le récent colloque organisé à Paris[1] par ce réseau sur le thème de la complexité a montré la diversité des recherches produites dans ce champ.

Des recherches importantes se développent dans des domaines très divers ; elles sont souvent soutenues par des institutions et organismes variés (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé, Mutuelle Générale de l’Education Nationale, Agence Régionale de Santé,…). Les enjeux sont importants avec une recherche d’amélioration de la santé de la population (Jourdan, 2012) qui passe par des politiques nationales et locales. Ces différents enjeux ne laissent pas les chercheurs indifférents si l’on en juge les champs convoqués dans le domaine de l’éducation à la santé. Les articles recensés dans les actes du colloque de 2011 témoignent de cet intérêt croissant.

Nous présentons ici quelques exemples de thématiques abordées pour en montrer la richesse :

  • Santé et rapport au choix : le désir du sujet comme acte réflexif (J. Delord).
  • L’énigme du sujet en éducation à la santé (F. Danvers).
  • Quelle éducation à la santé pour demain ? Un éclairage historique (S. Parayre).
  • Construire l’éducation à la santé ensemble : l’exemple du passeport santé (M. Balcou-Debussche).
  • Drogue : débats scolaires évalués par 180 élèves d’environ 12 ans (F. Besançon et al.)
  • Vers un autre modèle de l’éducation à la santé. Pour une éducation au choix (D. Loizon).
  • Le soin psychique et les professionnels de l’éducation (B. Perchberty)
  • Education à la santé éducation à la citoyenneté : quelle place accorder à la conceptualisation ? (M. Pagoni).
  • Besoin de formation en éducation à la santé (S. Turcotte et al.)

 

Cette lecture des thèmes abordés au cours du colloque nous montre que bon nombre de disciplines scientifiques sont convoquées pour expliquer ce qui se joue en éducation à la santé (philosophie, psychologie, psychologie cognitive, didactique, didactique professionnelle, histoire,…).

L’objectif de ce symposium est donc bien de permettre à des chercheurs issus d’horizons différents de pouvoir échanger à propos de leurs objets de recherche et des méthodologies utilisées afin de nourrir mutuellement nos différentes approches.

Les collègues qui ont accepté de participer à ce symposium apportent la richesse de leur recherche avec des méthodes quantitatives et qualitatives, se situant dans un cadre expérimental ou non, avec des études exploratoires.

 

Références bibliographiques :

Balcou-Debussche M. (2012) Construire l’éducation à la santé ensemble : l’exemple du passeport santé. In D. Berger et C. Simar, Éducation à la santé dans les écoles. Rechercher formation, Paris : édition MGEN UNIRèS. 215-224.

Besançon F., Ginsbar B., Mazieres N. (2012) Drogue : débats scolaires évalués par 180 élèves d’environ 12 ans. In D. Berger et C. Simar, Éducation à la santé dans les écoles. Rechercher formation, Paris : édition MGEN UNIRèS. 299-303.

Delord J. (2012) Santé et rapport au choix : le désir du sujet comme acte réflexif. In D. Berger et C. Simar, Éducation à la santé dans les écoles. Rechercher formation, Paris : édition MGEN UNIRèS. 41-51.

Danvers F. (2012) L’énigme du sujet en éducation à la santé. In D. Berger et C. Simar, Éducation à la santé dans les écoles. Rechercher formation, Paris : édition MGEN UNIRèS. 53-67.

Jourdan D. (2012) Vers la définition et la mise en œuvre d’une politique renouvelée de promotion de la santé en milieu scolaire. In D. Berger et C. Simar, Éducation à la santé dans les écoles. Rechercher formation, Paris : édition MGEN UNIRèS. 9-13.

Loizon D. (2012) Vers un autre modèle de l’éducation à la santé. Pour une éducation au choix. In D. Berger et C. Simar, Éducation à la santé dans les écoles. Rechercher formation, Paris : édition MGEN UNIRèS. 331-339.

 

Communication 1

Etude d’un obstacle épistémologique en éducation à la santé :

L’assimilation de complexité à complication

 

France Arboix-Calas et Claude Caussidier

Université de Montpellier 2, France

 

Mots-clés : pensée complexe / obstacle / enseignants.

 

Très récemment, une partie de la recherche en éducation pour la santé  s’est développée autour d’un paradigme fédérateur : le paradigme de la pensée complexe. Il est fréquent d’assimiler dans le langage courant les termes « complexe » et « compliqué », pourtant si l'on se réfère à  la théorie de la complexité d'E. Morin (1990) ces deux termes renvoient à des réalités bien différentes.

D’après Morin, la pensée complexe est une pensée qui relie les éléments entre eux. Elle permet de considérer ces derniers en termes de complémentarité (principe dialogique), de récursivité (principe récursif), et de comprendre l’organisation du tout et des parties qui le constituent (principe hologrammatique).

Nous avons réalisé nos recherches sur l'éducation à la santé en France et en Inde, deux pays où l'approche de la santé est différente et où l'analyse des concepts de santé grâce à la théorie de la complexité révèle de grandes différences. Par ailleurs, Jourdan et Bourgeois-Victor (1998) précisent que l’éducation à la santé à l’école primaire doit prendre en compte trois aspects qui constituent, selon nous, des illustrations des principes de la pensée complexe (Arboix-Calas et al., 2012) : le travail en partenariat, la mise en place de projets pluridisciplinaires et le développement des compétences psychosociales (OMS, 1994) chez les élèves.

Nous avons analysé les représentations des enseignants en ce qui concerne l'éducation à la santé en fonction de ces critères de complexité en France et en Inde. Nous avons également cherché à comprendre en quoi certaines représentations peuvent constituer des obstacles épistémologiques à ce que les enseignants mettent en œuvre une éducation à la santé prenant en compte ces critères de complexité.

Nous avons utilisé une méthode mixte pour recueillir les représentations et pratiques de 220 enseignants français (académie de Montpellier) et indiens (territoire de Pondichéry). Pour notre approche quantitative nous avons analysé les pratiques déclarées de ces enseignants sur les trois aspects: travail en partenariat, approche par projet et prise en compte des aspects psychosociaux de la santé dans leur enseignement, à partir de questions fermées à choix binaire. Pour notre approche qualitative, nous avons posé par écrit aux enseignants trois questions ouvertes sur ce qu’évoquent pour eux ces trois aspects. Ces dernières réponses ont été analysées avec une méthode d’analyse de contenu par catégorisation lexicale.

Nos résultats révèlent que les enseignants français ont beaucoup moins de représentations associées aux trois critères de complexité que leurs collègues indiens. De plus les enseignants indiens n'associent pas les critères de complexité de l’éducation à la santé à un sentiment de complication, contrairement aux enseignants français pour qui cette association pourrait constituer un obstacle à sa mise en œuvre effective. Cette étude apporte des précisions sur la nature des freins à la mise en œuvre d’une éducation à la santé de qualité dans les écoles françaises.

 

Références bibliographiques :

Arboix-Calas F., Caussidier C., Reynaud C., 2012. Education à la santé et pensée complexe: une approche globale pour la formation des enseignants, Recherches en didactique des sciences et des technologies, 5, 105-130.

Jourdan D. et Bourgeois-Victor P., 1998. La formation des enseignants du primaire en éducation à la santé dans les IUFM, Recherche et formation n°28.

Morin  E. 1990. Introduction à la pensée complexe. Paris, Le Seuil.

Organisation Mondiale de la Santé, 1994. Programme on Mental Health. Life Skills Education in School. Genève.

 

Communication 2

Etude exploratoire de conditions d’appropriation

d’un dispositif d’éducation à la santé à l’échelle territoriale

 

KEMPF Cédric, PIZON Frank, JOURDAN Didier.

Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, France

 

Dans le champ de l’éducation à la santé, les prescriptions tendent à identifier les milieux éducatif, social et sanitaire comme ayant toute légitimité à intervenir (Stewart-Brown, 2006 ; MEN, 2011). La complexité des interactions entre des professionnels intersectoriels reste cependant méconnue. A partir du cadre conceptuel de l’analyse de l’activité (Leplat, 2000 ; Grangeat et al.,2009) nous proposerons une description des rapports qu’expriment les professionnels avec l’éducation à la santé dans l’exercice de leur métier dans une perspective collective.

Notre terrain d’étude s’appuie sur le dispositif de Recherche-Intervention (Mérini et Ponté, 2008) « Education, Santé et Territoires » (EST) mené sur une Communauté d’Agglomération et une Communauté de Communes d’Auvergne. Le recueil des données s’est effectué en deux phases de 50 entretiens individuels semi-directifs chacune, auprès de professionnels de secteurs et de métiers divers (enseignants, travailleurs sociaux, agents des collectivités, …) concernés par le dispositif EST. Pour chacune des deux phases une grille d’entretien a été élaborée concernant les perceptions du métier, les tâches prescrites et redéfinies ainsi que les conceptions individuelles de l’éducation à la santé.

L’analyse de la première session d’entretiens montre que les acteurs, indépendamment de leurs fonctions, donnent sens à leur activité par son ancrage dans les réalités de leur territoire d’intervention. Ils appréhendent une première définition de leur activité plutôt de type technico-administrative prescrite et définie dans un « en-dehors » de leur territoire d’intervention ainsi qu’une deuxième plus incarnée, singulière, avec un impératif de devoir s’adapter « au terrain ». De plus, le public d’enfants et d’adolescents qu’ils rencontrent, les placent dans un interstice entre sphère publique et sphère privée qui laisse apparaître une gêne à intervenir voire une impuissance à résoudre certaines situations. Ainsi les professionnels soit émettent le besoin, soit précisent leur réalité de travailler à plusieurs pour tenter de gérer au mieux ces tensions. La deuxième session d’entretiens montre qu’ils précisent que de partir de leurs pratiques, de leurs questionnements et de leurs expertises est déterminant quant à la mobilisation possible dans un travail collaboratif de proximité en éducation à la santé. Ce dernier élément concerne essentiellement des acteurs qui vivent leur activité professionnelle comme connectée à l’environnement élargi de leur milieu d’intervention (Grangeat, 2007).  A l’inverse, ceux pour qui le travail collaboratif avec l’extérieur de leur environnement professionnel est difficile voire impossible, sont ceux qui centrent leur activité autour du noyau dur de leur métier respectif (Grangeat, 2007).

Il ressort de cette phase exploratoire qu'en plus de la complexité déjà à l’œuvre dans l'approche territoriale, celle-ci se densifie de par les conditions d'intégration de cette approche dans un dispositif d’éducation à la santé. Il s’agit de prendre en compte les préoccupations des acteurs professionnels quant à leur territoire mais également la manière dont ils envisagent leur métier possiblement connecté à l’environnement proche.

 

Références bibliographiques :

Barthe, B., & Queinnec, Y. (1999). Terminologie et perspectives d'analyse du travail collectif en ergonomie. L’année psychologique, pp 663-686.

Grangeat, M., Rogalski, J., Lima, L., & Gray, P. (2009). Comprendre le travail collectif enseignant: effets du contexte de l’activité sur les conceptualisations des acteurs. Varia, pp. 151-168.

Grangeat, M. (2007). Des dispositifs visant à développer les compétences des enseignants dans les activités collectives. Symposium : Analyser le travail collectif des enseignants et des formateurs. Congrès AREF 2007, Strasbourg.

Leplat, J. (2000). L'analyse psychologique de l'activité en ergonomie : aperçu sur son évolution, ses modèles et ses méthodes. Octarès.

Mérini, C., & Ponté, P. (2008). La recherche-intervention comme mode d'interrogation des pratiques. Savoirs, 1(16), pp. 77-95.

Stewart-Brown, S. (2006). What is the evidence on school health promotion in improving health or preventing disease and, specifically, what is the effectivness of the health promoting schools approach? Copenhagen: WHO Regional Office for Europe.

 

 

Communication 3

De l’objet de recherche au cadre notionnel et méthodologique : illustration d’une élaboration complexe en éducation à la santé à l’école primaire

 

Yves Léal

Université Toulouse II Le Mirail, Toulouse, France

 

Mots-clés : Education à la santé / sujet / savoirs

 

L’intervention présentée se centre sur l’enseignement de l’éducation à la santé dans le premier degré en classe ordinaire. Elle vise à mettre en évidence les étapes de l’élaboration d’un cadre notionnel et de sa méthodologie afférente dans le cadre d’un objet de recherche complexe. Le premier temps procède de la délimitation de l’objet de recherche. L’étude de la prescription officielle en éducation à la santé révèle une certaine abondance de textes, pourtant cette prescription oriente très peu les contenus et leur modalité d’enseignement (Pizon, Jourdan, 2009). Constatant par ailleurs que les enseignants déclarent largement contribuer à l’éducation à la santé lors de leur pratique de classe (Berger, Jourdan, 2003), nous nous sommes interrogés sur l’origine et la nature des choix effectués par les professeurs des écoles. Ce questionnement oriente doublement le cadre notionnel mobilisé pour envisager une telle étude. La démarche clinique ouvre la perspective d’une recherche compréhensive intégrant les ressources et les contraintes internes au sujet. La centration sur les savoirs, au sens large du terme, focalise sur l’activité essentielle de l’enseignant en intégrant les phases de planification et de mise en œuvre. Le recours à des concepts de la didactique qui traversent les cloisonnements disciplinaires rend possible leur usage dans la cadre des enseignements polyvalents qui caractérisent l’éducation à la santé. Enfin, parce que la santé relève d’une relation à soi intimement liée à des dimensions personnelles complexes, le recours à une théorie du sujet plaçant l’agir individuel non plus sous la seule détermination consciente mais intégrant l’inconscient nous a semblé déterminant. Ainsi, pour appréhender notre objet de recherche, nous avons opté pour la transposition du cadre théorique de la didactique clinique de l’EPS d’orientation psychanalytique à l’éducation à la santé. Celui-ci répondant aux trois exigences précitées ; une centration sur le sujet enseignant dans un contexte de transmission-appropriation de savoirs en classe ordinaire dans une intention descriptive et compréhensive. L’analyse transpositive, de l’EPS à l’éducation à la santé, a conduit à la prise en compte d’une diversité d’approche, causale, développementale et environnementale rendant compte des conceptions des sujets qui orientent les choix avant et pendant la classe.

Sur le plan méthodologique, la démarche en trois temps propre à la didactique clinique est apparue appropriée. Des entretiens semi-directifs d’accès au déjà-là ont permis d’accéder aux conceptions et aux intentions des sujets. Le recueil de données relatif à l’épreuve a nécessité certaines adaptations. Alors qu’en EPS, le chercheur est présent lors du tournage des séances, nous avons opté pour un dispositif préservant au mieux l’écologie de la classe et permettant de saisir au plus près la polyvalence des disciplines contributives. Les choix effectués pour la passation des entretiens d’après coup ont eux aussi été effectués en lien avec la spécificité de l’objet de recherche, notamment en proposant un rappel stimulé par la soumission de retranscriptions d’interactions de classe. Sur le plan de l’analyse, trois critères de classification des savoirs ont été retenus,  l’interdisciplinarité, la nature de l’approche dont ils procèdent et la catégorie dont ils relèvent. Enfin, la forte implication du chercheur dans la relation aux sujets ainsi que l’influence de ses propres assujettissements personnels et institutionnels ont donné lieux à une analyse de « l’effet chercheur » (Carnus, 2009) comprenant notamment l’étude des phénomènes de transfert et de contre transfert.

 

Références bibliographiques :

Berger, D., Riffaud, A., Jourdan, D. (2007). Education à la santé dans les écoles élémentaires…Étude des pratiques enseignantes à partir des traces manifestes en classe en éducation à la santé. Actes du colloque international de l’AREF, Strasbourg, aout 2007.

Carnus, MF. (2009). La décision de l’enseignant en didactique clinique. Etudes de cas en Education Physique et Sportive. In A. Terrisse et MF Carnus (dir). Didactique clinique de l'EPS, Quels enjeux de savoirs ? De Boëck : Bruxelles, p. 63-81.

Revaut D’Allonnes, C. (dir.) et al. (1999). La démarche clinique en sciences humaines. Paris : Dunod.

 

Communication 4

Exposition chronique au bruit et performances scolaires des élèves de CE2

 

Jean-Pierre LEVAIN

Université de Franche-Comté, France

 

Sophie PUJOL et Frédéric MAUNY

CHRU de Besançon, France

 

Mots-clés : nuisances sonores / exposition chronique au bruit / performances scolaires / évaluations diagnostiques.

 

Cette communication a pour objet de rendre compte d’une recherche analysant les conséquences d’une exposition chronique à des nuisances sonores environnementales sur les performances scolaires des élèves de CE2 de l’ensemble des écoles publiques d’une ville moyenne de 120000 habitants. Elle s’inscrit dans le symposium intitulé : « La recherche en éducation à la santé : objets de recherche et méthodologies ». Nous y présentons les principaux apports et limites des différentes approches méthodologiques permettant d’aborder notre objet ; ce qui nous permettra, dans un second temps, d’étayer nos propres choix tout en présentant quelques résultats. Nous insistons également, dans la perspective du symposium, sur les stratégies de mobilisation des différents acteurs tant institutionnels (Inspection académique, inspecteurs, directeurs, enseignants) que privés (parents, élèves, utilisateurs) à la fois comme condition de réalisation de la recherche mais aussi comme modalité contractuelle de présentation et de valorisation de nos principaux résultats.

Notre approche se caractérise par la prise en compte de niveaux relativement modérés d’exposition aux nuisances sonores environnementales, par la différenciation des bruits scolaires et domiciliaires, par l’exhaustivité des observations à l’échelle d’une ville moyenne et par l’analyse détaillée des performances scolaires en français et mathématiques. Elle comporte quatre volets qui seront détaillés : la mesure des niveaux de bruit scolaire et domiciliaire, l’évaluation des performances scolaires à partir d’épreuves diagnostiques nationales, l’analyse d’un questionnaire destiné aux parents ainsi que le traitement statistique des données. Elle porte au final sur une population de 579 élèves de CE2 répartis dans 31 écoles.

 

Références bibliographiques :

Stansfeld, S.A., Berglund, B., Clark, C., Lopez-Barrio, I., Fischer, P., Öhrström, E., Haines, M.M., Head, J., Hygge, S., van Kamp, I., Berry, B.F. (2005). Aircraft and road traffic noise and children’s cognition and health: a cross-national study. Lancet ; 365: 1942–49

Klatte M, Hellbrück J, Seidel J et al. (2010). Effects of classroom acoustics on performance and well-being in elementary school children: A field study. Environ Behav 42: 659-692.

Hygge, S. (2011). Noise and cognition in children. In: J.O. Nriagu (Ed.), Encyclopedia of Environmental Health, Volume 4, pp. 146–151 Burlington: Elsevier.

 

Communication 5

Recherches en didactique de l’éducation à la santé et de l’éducation physique et sportive

 

Denis Loizon

Université de Bourgogne, France

 

Mots-clés : éducation physique, formation, recherche, savoir.

 

Dans nos différentes recherches portant sur les savoirs enseignés en éduction à la santé dans les cours d’EPS donnés par des formateurs et par des professeurs d’EPS dans leurs séances ordinaires, nous avons montré que ces formateurs ou ces collègues enseignaient de nombreux savoirs relatifs à l’éducation à la santé, notamment dans la dimension corporelle, mais aussi dans la dimension psychosociale à laquelle ils ne faisaient pas référence dans les entretiens. Sans parler d’inclusion de l’éducation à la santé en EPS (Turcotte, Otis, Gaudreau, 2007), nous pouvons dire que de nombreux objets de savoirs font l’objet, soit d’un enseignement à partir de situations d’apprentissage précises, soit d’une transmission sous forme de conseils ou de remarques durant les cours d’EPS. Même si une part de ces savoirs reste souvent implicite ou bien opaque au sujet, cet enseignement existe mais soulève un problème de définition de l’éducation à la santé dans la discipline EPS (Loizon, 2011).

Pour identifier ces différents objets de savoirs réellement enseignés en éducation à la santé, nous avons enregistré des leçons d’EPS, puis nous avons analysé les verbatim dans les différents épisodes didactiques. Par ailleurs, nous avons également procédé à des entretiens ante-leçon et post-leçon afin de comprendre ce qui organisait les choix didactiques des enseignants. Dans le même temps, nous avons construit progressivement une catégorisation des savoirs qui intègre de nombreux savoirs prescrits en éducation physique par les programmes officiels ainsi que par certains chercheurs appartenant aux champs des STAPS ou des Sciences de l’Éducation comme les travaux  Simar et Jourdan (2008). Nous avons ainsi abouti à la grille d’analyse suivante avec trois dimensions didactiques macroscopiques :

  • Une dimension corporelle dans laquelle nous avons identifié des savoirs dispensées sous forme d’informations (hygiène de vie, fonctionnement du corps, alimentation, , préparation, récupération, effets des comportements à risques.
  • Une dimension psychosociale qui convoque des savoir-être pour soi et pour les autres (respecter les règles, respecter les autres, les écouter, travailler avec eux…). Dans cette dimension, l’élève construit un « savoir agir en relation » (Peyré, 2000).
  • Une dimension critique avec des savoir-faire autour de l’observation de l’environnement avec la détection des dangers (regarder, interpréter,…) et les conduites à tenir en cas de danger (attitudes, gestion des risques, conduite à tenir,…).

Fort de cette catégorisation des savoirs qui pouvaient être enseignés en éducation à la santé, nous avons posé les questions de recherche suivantes : quels sont les savoirs réellement enseignés qui se rapportent à l’éducation à la santé dans les leçons d’EPS, que celles-ci soient proposées par des formateurs, des professeurs d’EPS ou des intervenants extérieurs à l’école primaire ? Comment ces savoirs sont-ils enseignés ?

Dans notre communication, nous détaillerons  les différentes catégories et les objets de savoirs ainsi que les méthodologies utilisées comme cette grille d’analyse des savoirs.

 

Références bibliographiques :

Loizon D. (2011)  Éducation physique et Éducation à la Santé : quels savoirs communs ? Les Nouveaux cahiers de la recherche en éducation (NCRÉ) vol. 14, n°2, 27-42.

Peyré P. (2000) Compétences sociales et relations à autrui. Une approche complexe. Paris : L’Harmattan.

Simar C., Jourdan D. (2008) La contribution spécifique de l’éducation physique à la lumière de travaux de recherche récents. Revue EP.S., n° 329, 10-12.

Turcotte S., Otis J.,  Gaudreau L. (2007) Les objets d’enseignement-apprentissage : éléments d’illustration de l’inclusion de l’éducation à la santé en éducation physique, STAPS n°75, 115-129.

 

Communication 6

Investiguer les conceptions d’élèves de cycle 3 d’écoles primaires françaises sur la thématique des addictions et des pratiques addictives : entre contraintes méthodologiques et spécificités de l’objet

 

Frank PIZON, Cédric KEMPF, Julie PIRONOM

Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, France

 

Mots clés : conceptions / éducation à la santé / obstacles / représentations.

 

La consommation de psychotropes chez les jeunes reste un des défis majeurs face auquel l’action publique n’a de cesse d’essayer d’intervenir plus efficacement. Le rôle du milieu scolaire est de ce point de vue régulièrement souligné à l’échelle internationale à travers sa position stratégique (Stewart-Brown, 2006 ; Jourdan, 2007). La précocité de l’action dés l’école primaire et la prévention (Jourdan, 2012 ; Hamel et al., 2001) sont autant d’éléments venant prolonger le constat d’un lien fort unissant comportements de santé et réussite éducative (Banduelle et Demeulemeester, 2008).

Grâce aux recherches en sciences humaines et sociales, nous en savons davantage sur les représentations et les conceptions des acteurs professionnels de l’Ecole intervenant en éducation à la santé. Ces travaux se sont intéressés aux enseignants (Berger et al. 2010, Khalil et al., 2007, Marzin et al., 1998), aux formateurs  d’enseignants (Cardot, 2012), aux infirmiers (Berger et al., 2009), ou encore aux acteurs sociaux (Courty et Berger, 2007). Ils pointent au sein du milieu éducatif quelques uns des obstacles à une éducation à la santé. Nous pouvons citer une perception dégradée des thématiques de santé qui sont jugées souvent trop complexes à aborder avec un sentiment de manque de légitimité ou encore des prises de positions parfois extrêmes par rapport aux consommations de psychotropes par exemple (Pizon et Jourdan, 2009). Cette perception renvoie à la crainte de se montrer invasifs en risquant d’entrer dans l’intimité de leurs élèves et de sortir ainsi de la sphère publique au sein de laquelle ils sont seulement mandatés pour intervenir (Pizon et al., 2010a, 2010b). La tension éducative qui en résulte, est à mettre en lien avec la nécessité pour ces acteurs du milieu scolaire de devoir « faire avec leurs propres représentations » tout en étant confrontés à celles de leurs élèves (Pizon et Jourdan, 2010b).

Pour autant, les travaux s’intéressant aux représentations et conceptions des enfants sont très peu nombreux, voire inexistants si l’on considère les écoliers du primaire, c’est-à-dire avant leur scolarisation au collège. Les principales données accessibles par l’OFDT proviennent principalement d’études épidémiologiques, lesquelles concernent des jeunes plus âgés à partir 15 ans (EROPP, 2013) voire de 17 ans (ESCAPAD, 2008).

Au regard des éléments de contexte et de l’analyse bibliographique, nous formulons l’hypothèse selon laquelle une relative ignorance des connaissances des enfants en matière d’addictions participe à nourrir le sentiment d’insécurité professionnelle observé chez certains professionnels du milieu scolaire (enseignants plus particulièrement). Cette hypothèse est à l’origine de la mise en œuvre de cette étude dans laquelle nous avons fait volontairement le choix de nous intéresser à un public jeune (des élèves de fin de cycle 3 d’écoles élémentaires françaises) sur la thématique complexe des addictions afin de tenter d’éclairer un sujet très peu abordé dans la littérature pour cette tranche d’âge des 10 / 11 ans.

Nos résultats s’appuient sur un recueil de près de 5000 verbatim autour de l’alcool, du tabac, des drogues et des jeux vidéo, ainsi que de certaines pratiques sociales de références.

Nous montrerons que l’on peut identifier 19 catégories s’articulant dans les champs biomédical, psychoaffectif et social, ainsi qu’à leur intersection. Les résultats montrent que ces enfants de cycle 3 font référence aux connaissances des produits psychotropes, de leurs effets physiologiques de consommation de produits ou de non-produits, aux lieux ou situations d’exposition aux produits ou aux non-produits (accessibilité, situations déclenchantes),…, à l’environnement social (situations d’interaction sociale au regard de la culture, de la Loi, de la famille et de la relation à l’autre, des médias, de l’inclusion sociale,…), aux compétences relationnelles, à la gestion psychologique et affective des pressions sociales (soumission, résistance, influence des pairs), comportements face à la culture, la Loi, à la psychoaffectivité de l’individu, sentiments et émotions (inquiétudes, peurs, connaissance de soi,…) en fonction de l’âge, ou encore au rapport vécu ou perçu avec les produits ou les non-produits, leurs effets, les attitudes régulatrices, l’accoutumance,  l’usage, et les incidences de la dépendance.

Nous proposerons une modélisation d’ensemble permettant de mettre en perspective nos résultats avec le développement, chez l’enfant ou préadolescent, d’une capacité à prendre des décisions dans des situations complexes en proposant une démarche éducative globale prenant en compte ces conceptions individuelles.

 

Références bibliographiques :

Banduelle M., Demeulemeester R. (2008) Comportements à risque et santé : agir en milieu scolaire. INPES,132 p. Référentiels. ISBN 978-2-91619-203-1

Berger D., Bernard S., Tracana R., de Carvalho G. (2010) Education à la santé et à la sexualité : représentations sociales, conceptions individuelles et pratiques d’enseignants de 15 pays. Actes du congrès de l’Actualité de la recherche en éducation et en formation (AREF), Université de Genève.

Berger D. (2009) « Infirmiers scolaires : représentations et pratiques d'éducation à la santé », Santé Publique, 2009/6 Vol. 21, p. 641-657.

Cardot J-P., Berger D. (2010) « Formateurs en éducation à la santé : un outil d’analyse des conceptions ». Revue Spirale 50.

Courty P., Berger D. (2007) Représentations du cannabis des futurs acteurs de prévention en formation. Revue Santé Publique 2007/5 (Vol. 19), p. 383-399.

Khalil I., Munoz F. et Clément P. (2007) Biologie, Santé et Environnement : les conceptions de (futurs) enseignants libanais de biologie et d’arabe varient en fonction de leur religion. Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation, Strasbourg.

Marzin P., Cogérino G., Méchin N. (1998) Prévention santé : pratiques et représentations chez les enseignants d’Education Physique et Sportive et de Sciences de la Vie et de la Terre. Recherche et Formation n° 58.

Pizon F., Jourdan D., Simar C. et Berger D. (2010a), « Les déterminants des pratiques d’éducation à la santé à l’école primaire : essai de catégorisation à partir du point de vue des enseignants », Travail et formation en éducation [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 18 janvier 2011, Consulté le 29 octobre 2012. URL : http://tfe.revues.org/index1327.html

Pizon F., Jourdan D., (2010b) Tabac, alcool, drogues : la prévention au lycée. Editions L’Harmattan. 2010.

Pizon F., Jourdan D. (2009) Les enseignants et les prescriptions institutionnelles dans le champ de l'éducation à la santé. Spirale, 43, 171 - 189.

Simar C. et Jourdan D. (2010) Education et santé à l’école : étude de l’impact d’un dispositif de formation et d’accompagnement sur l’implication des enseignants dans une démarche de promotion de la santé. Recherches et Educations (3) 141-172

Stewart-Brown, S. (2006) What is the evidence on school health promotion in improving health or preventing disease and, specifically, what is the effectiveness of the health promoting school approach? WHO Regional Office for Europe (Health Evidence Network report ; http://www.euro.who.int/document/e88185.pdf) 26

 

Communication 7

Le choix d’une approche méthodologique mixte pour évaluer un projet pédagogique en éducation nutritionnelle

 

Odile SAAB et Ali MAHFOUZ

Université Saint-Joseph,  Beyrouth, Liban

 

Mots clés : Education nutritionnelle / approche par compétences /approche méthodologie mixte

 

L’éducation nutritionnelle en milieu scolaire constitue actuellement un moyen capital pour améliorer l’état de santé de la population et promouvoir les habitudes alimentaires saines. Cette éducation vise à permettre à l’enfant ou au jeune d’acquérir des compétences pour gérer sa propre santé (Jourdan, 2004). La tendance actuelle en éducation nutritionnelle consiste à élaborer et à appliquer des stratégies d’interventions ayant une approche écologique globale reliant l'individu à sa société et à son environnement. Les recommandations consistent à mettre en place un projet éducatif impliquant tous les acteurs de l’éducation, permettant de conférer aux élèves les moyens de maîtriser des connaissances et des habiletés relatives à leur santé et à leur bien-être et assurant également à ces élèves un environnement favorable à l’adoption d’un mode de vie sain (Roberge & Choinière, 2009 ; Rodrigo & Aranceta, 2001). Dans cette perspective, la restauration scolaire fait l’objet de plusieurs recommandations notamment celles du Groupe d’étude des Marchés Restauration Collective et Nutrition (GMRCN) élaborée en 2007 et appliquée dans la plupart des écoles françaises. Le présent article expose l’utilisation d’une approche méthodologique mixte de recherche pour évaluer un projet en éducation nutritionnelle mis en place depuis deux ans dans un collège privé libanais. Le projet est prioritairement dispensé par un centre diététique et concerne tous les élèves du collège (du préscolaire aux classes terminales). Il vise à améliorer la qualité nutritionnelle de l’offre alimentaire dans la cafétéria, à inculquer aux élèves des habitudes alimentaires saines. Le texte présente les fondements au choix d’une méthode mixte qui associe à la fois des éléments de la recherche qualitative et quantitative pour évaluer l’effet du projet sur les élèves et sur les acteurs de l’éducation. L’étude qualitative comprend : trois entretiens menés auprès des responsables du collège, deux focus groupes menés auprès des élèves en classes de 5ème  et de 4ème, une observation de la cafétéria, une analyse de contenu des outils utilisés lors des intervenions en classes de 5ème  et de 4ème. L’étude quantitative comporte 5 enquêtes par questionnaires destinées aux parents des élèves du Préscolaire et ceux de la classe de 11ème, aux parents des élèves ayant un indice IMC[2] élevé,  aux enseignants et personnels administratifs et à des élèves du Complémentaire et du Secondaire. Les stratégies de collecte, de traitement et de validation des données seront discutées. La méthodologie de recherche proposée pourrait être utilisée pour évaluer l’implémentation de tout projet en promotion de la santé en milieu scolaire. Elle permet d’élucider le rôle des activités effectuées dans l’inculcation, chez l’élève, d’habitudes de vie saines.

 

Références bibliographiques :

Jourdan, D. (2004). Quelle éducation nutritionnelle à l'école ? La santé de l’homme 374, novembre/décembre 2004, pp. 26-29.

Roberge, M.-C., & Choinière, C. (2009). Analyse des interventions de promotion de la santé et de prévention en  contexte scolaire québécois au regard de leur cohérence et de leur contribution à l’approche École en santé. Québec: Institut national de santé publique du Québec.

Rodrigo, C. Aranceta, J. (2001). School based nutrition education: lessons learned and new perspectives. Public Health Nutrition, 4, pp 131-139.

Sahota, P. Rudolf, M. Dixey, R. Hill, A. Barth, J. Cade, J.  (2001). Evaluation of implementation and effect of primary school based intervention to reduce risk factors for obesity. BMJ, Volume 323, 3 November 2001.

 


[1] 4e Colloque international d’UNIRèS, le réseau des universités pour l’éducation à la santé, Paris, 18 et 19 octobre 2012 sur le thème : éducation à la santé et complexité, Recherche, formation et pratiques.

[2] IMC : Indice de Masse Corporelle qui est défini comme le poids en Kg divisé par le carré de la taille en

m2.